Table des matières

Célébrer Mois de la fierté britannique, les blogs du journal de la British Ecological Society publient une série «Rainbow Research», qui vise à promouvoir la visibilité des chercheurs STEM de la communauté LGBTQ+. Chaque publication sera liée à un thème représenté par l’une des couleurs affichées dans le drapeau Progress Pride. Dans cet article, Daniel Trotter discute de ses recherches sur la physique et les neurosciences computationnelles sous le thème du drapeau Progress Pride de « Transgender Pride ».

Bonjour, je m’appelle Dan. Je suis un doctorant en début de carrière à l’Université d’Ottawa, Canada. Mes études prennent probablement trop de temps dans ma vie parfois haha, mais quand je me souviens d’être un être humain réel, je fais beaucoup de randonnées à peu près partout où je peux trouver. J’aime la plupart des choses qui me maintiennent physiquement actif, mais j’aime particulièrement la randonnée car cela me donne une excuse pour sortir un peu de la ville. N’importe où assez loin de la ville pour que ce soit calme, c’est mon préféré, ce qui est peut-être un effet secondaire du fait de grandir dans une zone rurale. En contradiction avec le calme du plein air, mon autre amour principal est la musique ; Je joue de la guitare et de la flûte, et à chaque fois que je pourrai écouter de la musique, je le serai. J’ai perdu la trace du nombre de fois que j’ai écouté l’album de Matchbox 20 “Saison folle” lors de la rédaction de mon mémoire de maîtrise, bien que Spotify m’assure que c’était beaucoup ! Je n’ai pas de musicien, ni même de genre de musique préféré, mais je suis constamment à la recherche de nouveaux ! Plus récemment, je suis tombé sur un chanteur portugais Aurée, qui fait de superbes ballades, et Andy Black, leader de Black Veil Brides, a eu quelques albums solo dont «Le côté obscur” que je recommanderais à tous ceux qui aiment la musique rock.

Mon domaine de recherche est la physique et les neurosciences computationnelles. C’est-à-dire que je travaille sur des modèles du cerveau et les utilise pour étudier sa dynamique. Comme je l’ai dit, je suis au début de mes études de doctorat, mais mes principaux intérêts ces derniers temps ont été d’examiner les réponses du cerveau à une stimulation non invasive (petits courants délivrés au cerveau depuis l’extérieur du crâne). Cela a une grande variété d’applications, y compris l’amélioration de notre compréhension des ondes cérébrales et de leurs interactions entre les différentes zones du cerveau. Cependant, une de ses autres applications, et celle qui m’intéresse le plus, est son potentiel comme option thérapeutique pour des troubles tels que l’épilepsie et le trouble dépressif majeur, qui sont parfois résistants aux traitements médicamenteux.




Source link