Table des matières

L’Université McMaster a récemment a terminé son enquête de graves accusations d’inconduite scientifique contre l’éminent écologiste du comportement Jonathan Pruitt. D’après ce que je comprends, les universités canadiennes doivent informer les agences fédérales de financement scientifique des résultats d’une enquête sur une inconduite terminée, afin que les agences de financement puissent prendre les mesures appropriées. Il semble que des mesures aient été prises la semaine dernière ? Plus précisément, il semble que Pruitt ait perdu sa chaire de recherche Canada 150 :

Les chaires de recherche Canada 150 sont un petit nombre de chaires de recherche très prestigieuses (et bien financées) que le gouvernement canadien a financées pour marquer le 150e anniversaire de la fédération canadienne. Je viens de vérifier moi-même et je peux confirmer que Pruitt n’est plus répertorié sur la page Web du gouvernement canadien répertoriant les titulaires de chaire.

À quoi, si Pruitt a bel et bien perdu sa chaire de recherche Canada 150, pourquoi n’y a-t-il eu aucune annonce publique? À quoi pourrait servir le manque de transparence concernant les mesures prises en réponse à une enquête terminée ? Inversement, n’y a-t-il pas un intérêt public non seulement à ce que les institutions prennent des mesures correctives et disciplinaires appropriées lorsque de telles mesures sont requises, mais aussi à ce qu’elles soient perçues comme telles ?

MISE À JOUR : L’équipe de presse de Science a suivi le tweet de Nick et a demandé au CRSNG (l’agence de financement fédérale canadienne qui administre le programme des chaires Canada 150) de publier une brève déclaration :

Cliquez pour la déclaration complète (c’était assez court pour citer deux tweets…), mais les points clés sont que (i) McMaster a en effet informé le CRSNG que Pruitt a été mis en congé administratif, et (ii) le CRSNG a en conséquence ” temporairement suspendu » les paiements de la Chaire Canada 150 à Pruitt en attendant un nouvel avis de McMaster.

À quoi, je suis heureux que nous ayons maintenant au moins une brève déclaration du CRSNG. Mais pourquoi ne l’avons-nous obtenu qu’en réponse à une question d’un journaliste de la plus grande revue scientifique au monde ? De toute évidence, il serait idiot pour les institutions de publier des communiqués de presse sur chaque petite action qu’elles entreprennent. Mais personnellement, j’ai l’impression que l’intérêt public et la valeur médiatique de cette affaire s’élèvent au niveau où il serait approprié que les institutions concernées publient des déclarations publiques, sans que les journalistes aient à les demander. Après tout, c’est pourquoi il y a eu des reportages sur cette affaire dans Science qui ont ensuite été repris dans des médias généralistes comme le Toronto Star et la CBC. Suis-je juste naïf ici ?

Et je reste perplexe quant à la raison pour laquelle McMaster doit toujours fournir un « nouvel avis » au CRSNG. McMaster enquête depuis 22 mois. Comment l’enquête peut-elle en être encore à une sorte de stade intermédiaire ?

/fin de la mise à jour




Source link